René Robin

 

 

 

Notre Invité d'Honneur au salon du Printemps 2014

 

Le Sculpteur

 

 

 

 

 

 

Biographie

 

 

René Robin a eu une chance qui lui confère aujourd'hui le caractère d'artiste "authentique", c'est de ne pas avoir voulu "jouer à l'artiste" toute sa vie. Cette posture d'artiste (...lui dirait imposture!) suffit parfois au marché pour décerner des prix, il y a échappé en faisant de sa vie une perpétuelle digression hors des voies officielles de l'Art.

Les choses avaient pourtant plutôt mal démarré. Début de carrière classique : Passage obligé par les Beaux-Arts. Elève doué poussé par ses professeurs à "brûler les étapes. Mais il écoute d'une oreille beaucoup plus attentive les leçons sur les "Règles de l'Art" que les voix des sirènes de la "vie d'artiste". S'il connaît dans ses débuts à Paris cette vie de bohème qui participe aujourd'hui à cette mythologie de l'artiste génial, ce n'est que par nécessité et pas par goût personnel. Par déférence, peut-être, par timidité sans aucun doute, il laisse très vite ces ateliers parisiens où la recherche du nouveau à tout prix l'éloigne trop de ses propres préoccupations de sculpteur. Car la sculpture, pour René ROBIN, est un art intime.

S'il s'intéresse aux révolutions de l'Art de son époque c'est uniquement au plan intellectuel. Sa création n'a de raison d'être que pour lui-même, que dans le rapport qu'il établit avec elle. Sa sculpture n'entend pas délivrer de message. Elle n'a aucune fonction médiatique, si ce n'est cette médiation à soi-même qu'est le propre de l'oeuvre d'art.

René Robin a eu une chance qui lui confère aujourd'hui le caractère d'artiste "authentique", c'est de ne pas avoir voulu "jouer à l'artiste" toute sa vie. Cette posture d'artiste (...lui dirait imposture!) suffit parfois au marché pour décerner des prix, il y a échappé en faisant de sa vie une perpétuelle digression hors des voies officielles de l'Art.

Pas étonnant, dans ces conditions, qu'il ait connu ses premières commandes dans le champ de l'art sacré, domaine où mieux qu'ailleurs, l'œuvre invite au regard intérieur.
Par la suite, sa relation avec la sculpture sera pendant de trop longues années ce que l'on peut appeler, dans tous les sens du terme un "art confidentiel". L'œuvre tient lieu de verbalisation des blessures cachées d'une enfance dite "heureuse". Les "mises en scènes" qu'il réalise parallèlement à la sculpture, sont une illustration de cet art où le rêve cache toujours une part de cauchemar.


Lorsqu'il est, plus tard, en situation de donner à son travail de sculpteur toute sa place, il cherche toujours à "excuser" sa pratique en la présentant comme marginale par rapport à ses autres activités. Ses proches le savent toujours prêt à abandonner une œuvre en cours pour donner un conseil ou rendre un service. Lui-même, qui préfère se prétendre "statuaire" plutôt que "sculpteur" garde toujours vis à vis de l'Art une distance suspicieuse.

C'est pourtant bien une œuvre originale de sculpteur à part entière que René ROBIN a élaborée depuis plus d'un demi-siècle. Œuvre profondément humaine et qui parle sans périphrase à chacun d'entre nous. Qui nous enseigne des plaisirs simples - simples comme les formes de ses statues - simples comme les matériaux qu'il emploie.
Un art où l'anecdote vient toujours, comme par modestie, "excuser" la profondeur.
MC Verleysen

 

 

Chronologie:

1922 : Naissance à Nantes
1940 : Taille au couteau de sculptures en bois. Premiers cours de dessins.
1941-43 : Ecole des Beaux-Arts de Nantes.
1943 -45 : Fréquente les Académies Libres de Paris. Réalise des décors en volume pour le cinéma (notamment "La Belle et la Bête" de J.Cocteau)
1945 -47 : Retour à Nantes. Exécution de statues de pierre pour les jardins et l'intérieur d'un manoir à Ancenis, ainsi que panneaux en ardoise pour une église.
1948 : Mariage et départ pour l'Amérique du Sud.
1948 -54 : S'initie aux techniques Amérindiennes de poteries anthropomorphes. Réalise des modèles en plâtre pour une fabrique de céramique à Buenos-Aires.
1955 : Voyage de 3 mois en Italie et France, puis retour à Buenos Aires où il ouvre une fabrique de bijoux en céramique. Exécute des portraits sur commande dont celui du premier Président d'Israël : Chaim Weizmann.
1958 : Retour en France.
1975 - 77 : Réalisation d'une série de tableaux en trois dimensions et parfois mobiles en matières composites appelés "mises en scènes". Première exposition personnelle dans une Galerie rue Kervegan à Nantes. La télévision locale lui consacre une séquence.
1977 : Ouverture du centre d'expression et de créativité du Moulin Gautron à Vertou, école de Poterie, céramique et sculpture sur bois, dont il est responsable et professeur.
1978 - 87 : Début de la série des moyennes, puis des grandes sculptures en terre avec la technique dite "au colombin", importé d'Argentine puis transformé par lui. Participation aux expositions organisées par de nombreuses communes de Loire-Atlantique où son travail lui vaut des "prix du Jury" et de nombreuses médailles d'Or.
1987 : Création d'une série de "Femmes-Fontaines" en grès émaillé.
1990 : Grande exposition personnelle au Palais de la Bourse de Commerce à Nantes.
1990 - .... : Poursuite de son œuvre, avec prépondérance du motif féminin mais aussi le portrait sur commande (comme celui de Louis de Funès pour le château de Clermont). Toutes les semaines ses oeuvres sont exposées partout en France, chez des galeristes, ainsi que pour des expositions personnelles et collectives. 

 

 

 

 

Réagir


  • CAPTCHA

Galerie photos (149)

Livre d'or

  • Dernier message :

  • "60 printemps" bon anniversaire à la S. A. O. Quelle longévité ! merci pour le carnet de croquis ! 'Reste plus qu' à le remplir...

    par Dominique Zebiri
  • Aller sur le livre d'or →

Espace Membre

Calendrier

« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Météo

Mardi

min. 8 °

max. 20 °

Partiellement nuageux

Mercredi

min. 13 °

max. 19 °

Partiellement nuageux

Jeudi

min. 12 °

max. 23 °

Partiellement nuageux

Dernières modifications

Rechercher sur le site